Conseils d'utilisation

CONSEILS D’UTILISATION DES HUILES ESSENTIELLES

La plupart des huiles essentielles ne se conservent pas éternellement! Cette recommandation vaut particulièrement pour les huiles de zestes d’agrumes (Bergamote, Citron, Mandarine, Orange, Pamplemousse, Tangerine...) qui se conservent environ de 12 à 24 mois, selon les conditions d’entreposage. À l’inverse, certaines huiles essentielles “mûrissent” et se bonifient en vieillissant tel que les conifères, l’encens, le santal, la myrrhe, le patchouli, pour n’en nommer que quelques-unes.

En Diffusion

  • Choisir des huiles essentielles pures et de qualité supérieure
  • Utiliser des essences de consistance très fluide

Nous recommandons particulièrement les huiles essentielles suivantes, ainsi que nos synergies pour diffuseurs!

  • Sapin baumier
  • Pin blanc
  • Ravintsare
  • Eucalyptus officinal
  • Lavande vraie
  • Lavandin super
  • Orange douce
  • Citron
  • Épinette noire
  • Pruche

Application cutanée

  • Faites toujours un test sur une petite partie du corps avant l’utilisation d’une huile essentielle, pour en vérifier la tolérance. Déposer une goutte sur le pli du coude : si une réaction se développe après quelques minutes (rougeur, irritation...), l’huile essentielle devra être diluée dans une huile végétale avant application.
  • La voie cutanée apparaît comme la plus adaptée et la plus sûre. Les huiles essentielles offrent l'avantage d’une pénétration quasi-immédiate par la peau et se diffusent ensuite dans l'ensemble du corps. L’odorat et le toucher participent au soin, en donnant une dimension large et profonde à ce mode d’utilisation.
  • Il faut cependant faire attention avec les huiles essentielles provenant d’épices, d’agrumes et de fines herbes, qui peuvent être irritantes pour la peau. Celles-ci devraient être diluées dans une huile végétale.
  • Les huiles essentielles qui sont photo-sensibilisantes, comme les agrumes, devraient etre évitées avant une exposition au soleil.
  • Les huiles essentielles pour lesquelles aucune réaction n’a été engendrée peuvent etre appliquées pures (2 à 3 gouttes) sur la face interne des poignets, la poitrine et le dos pour les voies respiratoires, le ventre en massage circulaire pour la digestion, ou encore localement sur les muscles ou les articulations à traiter.
  • Les huiles essentielles ne devraient jamais être appliquées pures sur les parties sensibles du corps (aisselles, zones génitales, visage, muqueuses etc). En fonction de l’huile choisie, il est possible de préparer une dilution de 2 % à 10% (selon que le soin est cosmétique ou thérapeutique) dans une huile végétale, pour en bénéficier.

Par voie interne

Beaucoup d'huiles essentielles peuvent être consommées. Les agrumes, fines herbes et épices sont très appréciées en cuisine pour aromatiser des plats et desserts, cependant il faut faire attention aux dosages, vu la puissance des huiles essentielles. Il est également possible de les utiliser à des fins thérapeutiques, mais dans ce cas il est fortement conseillé de consulter un aromathérapeute qualifié ou un autre professionnel de la santé pour établir un protocole à suivre, adapté à vos besoins.

Premiers soins

Du coton et de l’huile végétale (amande douce, carthame, olive, tournesol etc) doivent toujours être à portée de la main lors de l’utilisation d’une huile essentielle.

  • En cas de projection oculaire, versez immédiatement de l’huile végétale dans l’oeil pour diluer l’huile essentielle, et passez un coton également imbibé d’huile afin de l’éliminer. Le réflexe naturel de laver les yeux à l’eau aggrave la situation, puisqu’elle disperse l’huile essentielle qui se propage sur une plus grande surface de l’oeil. 
  •  En cas de contact d’huile essentielle avec les parties sensibles du corps (aisselles, zones génitales, visage, muqueuses etc), appliquez une huile végétale généreusement sur la partie affectée pour diminuer l’irritation.

En cas d’applications cutanées répétées d’une huile essentielle à l’état pur, l’irritation ou le dessèchement de la peau pouvant survenir sera prévenu en appliquant une petite quantité d’huile végétale grasse après l’application (et meme avant, pour en ralentir l’absorption).

  •  En cas d’ingestion accidentelle d’huile essentielle pure:

La prise d’huile végétale grasse (de 1 à 10 cuillerées) permet de réduire l’irritation des muqueuses digestives.

  •  En cas d’ingestion accidentelle d’une forte dose d’huile essentielle (quelle qu'elle soit):

a) absorber plusieurs cuillerées d’huile végétale grasse
b) faire vomir (si possible)
c) hospitaliser d’urgence la victime de l’ingestion pour un lavage d’estomac et d’autres soins jugés nécessaires par les médecins hospitaliers. 

Afin d’éviter ce genre d’accident, garder toujours les bouteilles d’huiles essentielles hors de portée des enfants, dans des bouteilles difficiles à ouvrir.

Précautions d’utilisation

  • En prenant conscience des quantités de plantes nécessaires à l'obtention des essences aromatiques (pour certaines espèces, jusqu’à 100kg pour l'extraction de 10ml), vous pouvez saisir l’exceptionnelle concentration des essences aromatiques, qui peut engendrer des risques lorsqu'elles sont mal utilisées.
  • Garder les huiles essentielles hors de la portée des enfants, à l’abri de la lumière et limiter le contact de l’huile avec l’air. Ne pas coucher les bouteilles, veiller à ce qu’elles soient bien vissées et les entreposer dans un endroit frais et sec (entre 10 et 25°). La salle de bain est le pire endroit pour conserver les huiles essentielles, malgré la tendance généralisée !
  • Les huiles essentielles doivent etre utilisées avec grande prudence chez les femmes enceintes, les enfants, les personnes allergiques ou épileptiques. Les allergiques respiratoires doivent être également prudents avec la diffusion atmosphérique. Référez-vous à un aromathérapeute professionnel.
  • Ne jamais verser d’huiles essentielles pure dans l’eau du bain : plus légère, l’huile essentielle reste donc en suspension à la surface de l'eau et elle pourrait irriter, voire même brûler la peau. Elle devrait etre diluée dans une base neutre de bain moussant ou dans du lait. Les hydrolats sont ici tout indiqués pour profiter d’un bain thérapeutique sans risque d'irritation. Quelques gouttes d’huiles essentielles pures peuvent également être versées sur une débarbouillette, déposée à coté du bain.
  • Ne jamais introduire d’huile essentielle pure dans le conduit auditif. 

 

  • Les mythes concernant les huiles essentielles :

Mythe : Il est dangereux d’appliquer des huiles essentielles pures sur la peau.

Réalité : De nombreuses huiles essentielles peuvent être massées pures en petite ou en grande quantité, directement sur la peau. Cependant, puisque certaines d’entre elles peuvent causer de fortes réactions, telles que la cannelle ou le thym, il est préférable de se renseigner auprès d’un thérapeute avant d’en appliquer et de faire un test sur une petite superficie de la peau.

Mythe : Les huiles essentielles sont beaucoup plus efficaces lorsque prises par voie orale.

Réalité : La meilleure voie d’absorption des huiles essentielles se fait par les voies respiratoires. Les molécules aromatiques retrouvées dans les alvéoles pulmonaires seront rapidement absorbées par échange gazeux dans les capillaires sanguins. La seconde voie la plus performante est par la peau. Certaines huiles ayant des effets dermocaustiques (i.e. qui peuvent brûler la peau), seront en général prises par voie orale, pour plus d’efficacité.

Mythe : Mélanger quelques gouttes d’huile essentielle dans une tasse d’eau chaude vous procure une tisane.

Réalité : L’huile essentielle ne se mélange pas à l’eau. Ayant une densité plus légère, elle flotte et se retrouve presque en entier dans votre première gorgée. De plus, l’huile essentielle, synergie de principes actifs en elle-même, ne remplace aucunement les nombreuses autres propriétés, minéraux et vitamines que contient l’herbe infusée adéquatement.

Mythe : La production d’essences aromatiques requiert une énorme quantité de matière première et contribue à un gaspillage de plantes médicinales.

Réalité : En effet, certaines plantes sont cultivées de manière intensive pour extraire leur précieuse essence. Contrairement à celles-ci, la distillation des conifères relève plutôt de la récupération. De nombreux conifères sont taillés massivement pour l’utilisation de leur bois. Les branches, laissées au sol, acidifient l’humus, filtrent la lumière naturelle et empêchent la croissance de jeunes végétaux. Le ramassage de ces branches permet le nettoyage des chantiers et le sous-produit restant de leur distillation produit une matière végétale enrichissante qui sera compostée et utilisée par les cultivateurs.

Mythe : Les huiles essentielles sont grasses. Elles tâchent et bloquent les pores de la peau.

Réalité : L’huile essentielle n’est pas un corps gras ; elle ne bloque pas les pores de la peau et ne tâche pas. Cependant, si l’huile possède une coloration naturelle, par exemple orangée pour les agrumes, ou bleue pour l’achilée millefeuille, celle-ci peut tâcher les tissus.

Mythe : Mélanger de l’huile essentielle dans une huile à massage permet de la conserver plus longtemps.

Réalité : Une huile essentielle mélangée à un corps gras accélère le rancissement. Préparez de petites quantités à la fois d’une huile à massage et conservez-la au réfrigérateur.

Mythe : Les huiles essentielles se conservent indéfiniment.

Réalité : Une essence aromatique est un produit vivant. Il est en continuel changement. Certaines molécules aromatiques sont tellement fines et volatiles qu’elles passent à travers un bouchon encore scellé. Ainsi, nous recommandons d’utiliser vos essences dans l’année qui suit l’achat. Cependant, notez que les agrumes rancissent plus rapidement. Il est préférable de les utiliser à l’intérieur d’une période de 6 à 8 mois. En revanche, certains conifères tel que le thuya développent un arôme supérieur lorsque vieilli quelques années.

Mythe : Pour diffuser efficacement, la verrerie du diffuseur électrique doit être munie de chicanes.

Réalité : Les chicanes sont des plaquettes de verre soufflées dans la cheminée de la verrerie. Celles-ci servent à empêcher les gouttes trop grosses de sortir de la verrerie. Ces gouttes d’essences peuvent tâcher ou abîmer le pourtour du diffuseur. Cependant, les chicanes s’avèrent inutiles à partir du moment où la verrerie est de bonne qualité et que la projection des essences sur la paroi de la verrerie se fait bien. Lorsque les molécules d’huiles essentielles sont bien fractionnées, aucune gouttelette ne devrait sortir par la cheminée. De plus, les chicanes empêchent le nettoyage adéquat de la verrerie ; une poussière prise à l’intérieur ne pourra plus y être délogée.